Merci Lechassis et Emmanuelle Oddo

Exposition du 1er avril au 18 juin 2017

Vernissage le vendredi 31 mars 2017 à 17H – entrée libre –

CAIRN Centre d’Art, Digne-les-Bains

http://www.cairncentredart.org/

MONT BLANK

CAROLINE CORBASSON & KASPER PINCIS

3 March – 8 April 2017

 

dalla Rosa Gallery
3 Leighton Place (Ground Floor)
London NW5 2QL
United Kingdom

OPENING TIMES (during exhibitions)
Wednesday to Friday, 12 – 6 pm
Saturday 12 – 5 pm or by appointment

https://www.dallarosagallery.com/

Thank you Chris Hatherill for Amuse

CC-Amuse-Atacama

https://amuse-i-d.vice.com/art-sci-fi-the-atacama-desert/

Enregistrer

Enregistrer

INFINIMENT, LE PAYS DES ETOILES

CAROLINE CORBASSON, FRED BIESMANS, SIMON RIPOLL-HURIER

Commissariat : Arnaud Fourrier

28 janvier – 13 mai 2017

Cette exposition parle du cosmos, un endroit où se rencontrent les imaginaires des artistes et des scientifiques. Regarder vers les étoiles, c’est commencer un voyage à travers une série d’énigmes, de lieux inaccessibles, de récits et d’images. Si l’aventure spatiale et l’astronomie donnent accès à de nouvelles images dont les artistes s’inspirent, ces derniers façonnent à leur tour les représentations scientifiques. Comme au temps des humanistes et d’un Kepler lorsqu’il écrivait les Contes de la lune, l’art devient parfois vecteur de connaissance, voire intuition de la science. Les créations présentées ici prennent leur source dans la rumeur des étoiles. Simon Ripoll-Hurier remonte avec le projet Diana aux sources des communications spatiales en écoutant les bruits du cosmos, Fred Biesmans matérialise par ses sculptures des univers inaccessibles dignes de la science-fiction, tandis que Caroline Corbasson revisite des cartes stellaires, s’intéresse à la poussière stellaire et prépare un film sur les grands observatoires du Chili. En collaboration avec le Quai des Savoirs et avec TheConversation.com, cette exposition explore les passages entre l’art, la science et le pays des étoiles.

Rencontre avec les artistes Samedi 28 janvier à 11h Salle de conférences Inauguration à 12h

colomiers3

Pavillon Blanc Henri Molina

4 Place Alex Raymond, 31770 Colomiers

Enregistrer

Enregistrer

ArtGenève

26 – 29 janvier 2017

Les Frères Chapuisat, Caroline Corbasson, Karim Forlin, Angelika Markul

Galerie Laurence Bernard, booth C47

http://hlow.paris/caroline-corbasson-space-stars

 

©Caroline Corbasson, Courtesy Galerie L'Inlassable / Galerie Laurence Bernard

I have come across your work in Basel, this year. I was totally fascinated with those pictures of stars that seemed to be made out of copper verdigri, that were exhibited by the gallery L’Inlassable_ according to us: one of the very few interesting things to see in Volta (one of the numerous satellite fairs that are taking place at the same time as ArtBasel). Could you talk to us about those incredible pieces?

For these works, my inspiration came from the James Webb Space Telescope – to be launched in 2018 by NASA. It’s going to be the largest infrared telescope so far. It’s composed of 18 hexagonal gold-coated mirror segments, which makes it look totally sacred, cathedral-like I think.

I decided to make metal segments in the same shape as the JWST’s, and used chemicals and fire to make nebulas appear. As in space, stars emerge from gas and dust, I tried to recreate theses conditions on a tiny scale.

You have studied at Paris Fine Arts and at Central Saint Martins in London, the end of school was only 3 years ago and yet we have noticed that you have already participated in many shows, are you somehow in a rush? Could you tell us a bit more about your life story?

Rather than in a rush, I’d say I’m making the most of every second. It’s true everything tends to go really fast nowadays, but what I want is to build a solid body of work, and that takes a lot of time. Each little step is important, you need patience, endurance and hard work. Although it’s sometimes difficult to resist the pressure of quick and constant production, it’s really important to keep in mind what counts and what’s left in the end, the work itself. The happiest I feel is when I’m creating in my studio, far from the social events of the art world.

You seem to be attracted with the idea of infinity and absolute, is it a metaphysical search, is it a pro-science posture, or both?

After meeting quite a few researchers, I’ve realized scientists and artists share many things as they observe the world. One of them is creativity, but the difference is you always need to prove your ideas in science, whereas there’s more freedom with art. My practice allows me to question concepts such as infinity without boundaries. I couldn’t affirm it’s a pro-science posture nor a metaphysical search, because it’s a very personal approach.

Your art pieces have direct visual impact, but they are also the result of sometimes complex processes? Do you need both: the looks and the meaning?

I like the space in between the idea and the process of making. Translating an idea, a concept through matter is very challenging. I try to always make it to the point, keeping in mind my first intuition. This goes through an economy of means. The choice of medium is highly important as each material already contains story, a meaning. I often like to work with coal, metal, graphite, because they have this timelessness.

A tough one: what is your aim in life and how do you think your art could help?

I wish to constantly keep learning, to keep exploring and risking things in my practice. If people feel connected to what I make, spend an interesting time looking at it, even if it’s just for a second, that’s all I can ever dream of. At another level, I hope I can contribute to raise awareness about environmental issues, by focusing attention on subjects such as climate, pollution, etc.

 Images des oeuvres: © Caroline Corbasson, Courtesy Galerie L’Inlassable / Galerie Laurence Bernard

Portrait : © Luna Picoli-Truffaut

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Exposition du 22 octobre 2016 au 15 janvier 2017
Vernissage vendredi 21 octobre 2016 à 18h30
 
Centre régional d’Art Contemporain Languedoc Roussillon
26, Quai Aspirant Herber 34200 Sète
 .

« L’être humain, l’artiste en particulier, a toujours entretenu une relation privilégiée aux pierres, aux cristaux et au monde minéral dans son ensemble. Bien avant l’art des grottes, depuis l’apparition des premiers outils lithiques jusqu’à nos jours, il ne cesse d’animer un règne minéral pourtant considéré aujourd’hui comme inerte et inorganique. À quoi tient ce phénomène ? En quoi intervient-il dans l’alchimie profonde de la création artistique ? »

Avec la participation des artistes : Halldór Ásgeirsson, Art Orienté Objet, Basserode, Caroline Corbasson, Johan Creten, Philippe Deloison, Damien Deroubaix, Paul-Armand Gette, Evi Keller, Bertrand Lamarche, Julie Legrand, Sandra Lorenzi, Myriam Mechita, Jean-Michel Othoniel, Olivier Raud, Jean-Jacques Rullier, Lionel Sabatté, Elsa Sahal, Erik Samakh, Vladimir Skoda, Tunga, …

Et la présence de : Rembrandt van Rijn, Brueghel l’Ancien, Annibal Barlet, Basile Valentin, Manget, David Teniers, Elie Ashmole, Heinrich Khunrath, Barckhausen, Michael Maier, Paulus Ricius, Johan Daniel Mylius, Josiane Capelle, …

Commissariat : Pascal Pique

amisbxarts-700x286

I am thrilled to announce my film project ATACAMA has been awarded the Bourse HENRY 2016 during the reception held by Les Amis des Beaux-Arts de Paris.

Thank you Jean Ozannat and Jean-Luc Bergeron for your precious support!

Enregistrer

Enregistrer

 

Vernissage Mercredi 14 septembre à partir de 18 h

Exposition du 15 au 25 septembre 2016

17-19 rue Visconti 75006 Paris

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

La Galerie Laurence Bernard présente des dessins de Caroline Corbasson, Séverine Hubard et Angelika Markul au Salon International du dessin contemporain :

PARÉIDOLIE

MARSEILLE / 27 & 28 AOÛT 2016

PREVIEW SAMEDI 27 AOÛT/ 9H – 11H VERNISSAGE, SAMEDI 27 AOÛT / 11H
DIMANCHE 28 AOÛT / 11H – 20H

Château de Servières, 19 Boulevard Boisson, 13004 Marseille.

 

Plus d’informations sur http://www.pareidolie.net/

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Sous le soleil exactement Coucher de soleil et lever de rideau

du 2 juillet au 25 septembre 2016

commissariat :
Eloïse Guénard

avec :
Mathilde Barrio Nuevo
Nina Beier et Marie Lund
Dominique Blais
Caroline Corbasson
David Coste
Julien Creuzet
Nicolas Darrot
Edith Dekyndt
Simon Faithfull
Bertrand Lamarche
Paul Pouvreau
Lotty Rosenfeld
Jean-Claude Ruggirello
Sigudur Arni Sigurdsson

Centre d’art Bastille

Fort de la Bastille
Grenoble
Tél. : 04 76 54 40 6 7
Accès en téléphérique
du mardi au dimanche de 11h à 18h

June 13 – 18 2016  | Markthalle Basel, Switzerland.

On the occasion of Volta 12 Basel, galerie l’inlassable is pleased to announce Bending Space, a solo presentation by Caroline Corbasson. A set of works on paper will dialogue with recent metal sculptures produced by the French artist during her residency at Villa Boesch. With references ranging from Strindberg’s celestographs to James Webb’s future data, Bending Space could be seen as an ensemble of clues announcing an imminent and yet incomprehensible phenomenon.

http://voltashow.com/about/

Enregistrer

EXPLORERS, Chap.1

13 – 25 mai 2016
Artistes : Caroline Corbasson, Rafaela Lopez, Sarah Fortais, 4TH Dimension, Joris Henne & Natasha Lacroix, Radouan Zeghidour, George Eksts, Conall McAteer, Ophelia Finke

Curateur et fondateur : Raphael Giannesini
Coordination et communication : Julia Klante

Enregistrer

lechassis_carolinecorbasson

Un texte de Victor Mazière dans Lechassis

poussieres-primitives-caroline-corbasson_2 poussieres-primitives-caroline-corbasson

Exposition de fin de résidence à la Villa Boesch

du 11 au 29 mai 2016

Vernissage mardi 10 mai à 18 heures

40, rue François Bougouin
44510 Le Pouliguen

CAROLINE CORBASSON : POUSSIERES PRIMITIVES

Victor Mazière

Caroline Corbasson s’intéresse à l’astrophysique, à la poésie, à la cosmologie : mais, au-delà des références culturelles qui ont nourri son imaginaire, c’est à une fascination primitive du regard que renvoie son travail, celle qu’elle a éprouvé, enfant, devant les cieux nocturnes et les espaces désertés de présence humaine. Ses dessins, ses installations ou ses sculptures reflètent cette ambivalence, tissée à la fois de présence sensorielle et de distance contemplative : mélangeant le caractère tactile des matériaux « pauvres » ( comme le charbon avec lequel elle dessine ou les cartes routières anciennes qu’elle retravaille) à un donné signifiant issu de technologies contemporaines (comme les photographies scientifiques ou les atlas d’astronomie), ses travaux s’inscrivent à la fois dans un passé qu’ils réactualisent et un présent qu’ils éloignent de leur source, n’étant jamais ni de purs « ready-made », ni de simples créations de l’esprit. De ses sources d’inspiration majeures (le Land Art, James Turrell, le romantisme tardif, pour n’en citer que quelques-unes), Caroline Corbasson n’a conservé que l’ossature : la pratique située, la définition d’un territoire d’intervention plastique, une forme de « métaphysique naturelle », à la fois ancrée dans l’immanence et travaillée par le mystère de ce qui ne se donne pas à voir ;  et, comme le corollaire de cet effondrement du dualisme, un certain scepticisme vis-à-vis d’une conception anthropocentrique et hiérarchisée de l’Univers.
Car c’est, en fin de compte, vers une esthétique de l’Anthropocène que tend le travail de Caroline Corbasson, rempli de craintes, mais aussi de fascination pour le nouveau champ  que la fin de l’homme « comme maître et possesseur de la nature » (1) a fait naître : absorbé par ce qu’il a lui-même engendré, l’âge humain a laissé place aux « hyper-objets », non localisables, aux espace-temps asymétriques, aux topologies froissées. Sous-jacent à son travail, ce champ conceptuel, autour duquel elle tourne et que développent les théoriciens de la pensée écologique contemporaine (comme Timothy Morton ou Quentin Meillassoux, par exemple), Caroline Corbasson l’interprète dans son propre imaginaire, fait d’obscurcissement et de révélation, de permanence et d’impermanence, de poudroiements stellaires.
La nuit y devient ainsi, plus encore que « la matière dont sont fait nos rêves » (2), celle qui nous rêve à travers elle, puisque nous ne sommes jamais nous-mêmes que des objets en transit, voyageant à travers les champs magnétiques et le rayonnement noir, comme transpercés de part en part par l’infini.

Mai 2016

(1)René Descartes, Discours de la méthode (1637), 6e partie, Bibliothèque de la Pléiade, Éd. Gallimard, 1966, p. 168.
(2)William Shakespeare, La Tempête, 1611.

-1 (1)

Livret de 24 pages, texte de Victor Mazière, sur demande : caroline.corbasson@gmail.com

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

L1020078Hi!

I am in residence at Villa Boesch (Le Pouliguen, France) for the spring session of March-April-May 2016.

The wonderful space is allowing me to work on new large scale installations.

An exhibition and book launch will take place in the studio in May.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

centrepompidoumetz_sublime_carolinecorbasson

Catalogue de l’exposition « SUBLIME, les tremblements du monde »

Centre Pompidou-Metz

Texte d’Olivier Schefer.

Enregistrer

artgeneve_carolinecorbasson_galerielaurencebernard
La Galerie Laurence Bernard est heureuse de vous annoncer sa participation à ArtGeneve 2016, stand D38.
Galerie Laurence Bernard is pleased to announce its participation in ArtGeneve 2016, booth D38.
Les Frères Chapuisat
Caroline Corbasson
Koka Ramishvili
Stéphane Thidet Palexpo Hall 2
28-31 janvier 2016
12h – 20hVernissage le mercredi 27 janvier de 14h à 21h, sur invitation seulement.
Opening Wednesday 27 January 2pm – 9pm, upon invitation only.

 

AD logo sm

It seems that in recent years, we’ve been looking and even longing for the stars like we haven’t in decades. NASA announcements and films as AvatarGravityInterstellar and The Martian reached millions of eager people. Have we, in spite of our optimism and belief in technological possibilities, abandoned all hope for our home, plagued as it is by continual crises and human pollution? Are we unconsciously searching for a new one in outer space? In any case, the cosmos is a hot topic, in popular culture and to some extent in art. As a blogger noted, space and astronomy was a ‘distinct trend’ at last year’s London Art Fair. Jonny Nyles showed graphite on paper drawings, Nicholas Portalupi had sci-fi-based collages  dedicated to space travel, Geoff Diego presented laser engraved oil on gesso of archival astronomical imagery, and Nicolai Howalt’s black and white inkjet prints re-appropriated NASA imagery.

His favourite artist however was Caroline Corbasson, a stellar name in that small realm of contemporary art. Only 26, her work has already been exhibited both in France and abroad and it is easy to see why so many find it appealing. Her exploration of the cosmos and the way it has been represented and shown to us over time is as accessible as it is fresh and perplexing. But her imagination isn’t limited to the infinite vastness that envelops our planet, it is also keen on science in general – although her interests are constantly developing, as she explains in this interview.  So far key themes in her work have been the shortcomings of even our most advanced scientific knowledge and the shifting role of aesthetics in communicating that knowledge. Caroline Corbasson was there first artist we highlighted in our short interview series 10 questions. Here, she gives more insight into who she is and how she looks at the world – and beyond.

Naked Eye (2014) (screen print, 180 x 150 cm)

Dust to Dust (2012) (astral dust and spraypaint on paper mounted on MDF, 2 x 190 x 75 cm)

Artdependence Magazine: How has the past year been for you?

Caroline Corbasson: Workwise, it has been a good one. I feel grateful. Two solo exhibitions – one in Paris, the other in Geneva – and many group exhibitions have kept me very busy. I didn’t have much time to stop and think, which was great to some extent, but now I feel I need to slow down and concentrate on new work. I want to deepen my researches and take some time to visit places – this week, the Laboratoire Astrophysique de Marseille. Exhibitions are energy-consuming and right now I want to make sure that all my energy goes back into my work again. I’m eager to be an artist-in-residence in La Baule from March until May, as it is by the sea and has a large working space where you can experiment with new things. Showing my work often has given me a clear insight into what I want to achieve and what I don’t want anymore.

AD: How was the response on your exhibition in Geneva?

CC: Empty Pixels was my first foreign solo exhibition, so it was exciting. The response surprised me. I didn’t expect such a warm welcome. A lot of people came to the opening and the discussions around my work were so intense that they made me grow. There were even some physicians from the CERN!

AD: Are you someone that thrives on recognition or are you paralyzed by it? And do you feel any pressure to continue to meet expectations and to keep evolving?

CC: This is a tricky one. I do feel a lot of pressure, but it tends to be the stimulating kind. Since I’m hardly ever satisfied with what I do, my main concern is to keep evolving and to stay focused. I think recognition becomes paralyzing when it is a goal in itself. It should only come after working very hard, when it’s deserved.

Atlast (2013) (detail) (collage, two identical pages from Becvar’s cloud atlas, 2 x 21 x 30 cm)

Signals (Sending signals to vast emptiness and waiting for a reaction, April 2014) (fine art prints on Hahnemühle paper, 2x 30 x 40 cm)

AD: What ignited your fascination for space?

CC: Space has and will always be an object of fascination. What intrigues me in particular is how we speak about it, the limits of representation, the missing parts and the boundaries between art and science. Travelling a lot as a child probably triggered my love for observation, and this love was later intensified by meeting scientists. I recently discovered that my grandfather collaborated with NASA on optical researches – he’s an engineer. My father also works in optics. Vision and observation instruments have therefore always been an important part of my life.

AD: You spent your childhood in Canada. Do you go back often?

CC: Unfortunately, I only went back once, but I miss it a lot. It still feels like home somehow. Nature is undergoing many changes and I hope art can be a way to raise awareness about it. Not in a didactical way, but simply by inviting people to connect with it again. We tend to forget how essential it is to pay attention to all the details. I have good faith in the promise of Justin Trudeau, Canada’s new prime minister, to increase the funding for the arts. Let’s just hope they’re more than mere promises. Once in effect, they will no doubt trigger a virtuous circle.

AD: The cosmos is for the most part undiscovered. Do you feel you still have a lot to discover in the subject ‘space’ as an artist?

CC: I feel like I will never get tired of exploring it, although I also want to explore radically different subjects. Going back and forth can create interesting points of view. For instance, at the moment I’m interested in the aesthetics of fabrication processes in mass production factories and construction sites. Regarding space, I am curious about how new technologies will make all the present images obsolete. I’ve been following the development of the James Webb Space Telescope, with its incredible mirror spanning 6.5 meters. It will be launched in 2018 and I’m impatient to discover the new data.

Noise (2015) (fine-art print on Hahnemüehle paper, 105 x 75 cm)

Plage (2015) (3D animation, 1’40 loop, sound Gustave Rudman)

AD: NASA made some thrilling announcements recently. First Philae, then Mars and Pluto. Is new data like a shot of adrenaline to your practice as an artist?

CC: It has been interesting to observe how these new images also invade social media. Everyone seems to agree on how thrilling the achievements are and how they put everything into perspective. I follow these events with a lot of enthusiasm of course, but my practice isn’t particularly based on the most recent ones.

AD: And what about critical and popular film hits such as GravityInterstellar, and The Martian?

CC: I really enjoyed watching these films, mostly because the special effects are breath-taking. Though I must say my expectations were so high I couldn’t help being slightly disappointed. The incredible technical skills are sometimes detrimental to the actual content.

AD: To you science has a poetic quality, but what about the fear that science is becoming more and more unfathomable and even dangerous for mankind and the pessimism that the universe and all our cultural riches is going to be obliterated in the end?

CC: I don’t think pessimism has ever solved anything. It all depends on how we are going to make use of this knowledge. I don’t believe science can be dangerous as long as ethics aren’t evinced. Artificial intelligence can be a wonderful thing. It’s a question of balance, harmony and responsibility. We cannot keep running into a brick wall, we must reflect on what world we want to live in before it’s too late. Culture is an indispensable condition for mankind’s fulfilment. I believe small streams make big rivers and that each person has a role to play.

Apart (2014) (charcoal on paper, 2 x 105 x 75 cm)

Empty Pixels, Galerie Laurence Bernard, exhibition view, Comet (2015) and Anomalia (2013)

 

Thomas Van Loocke for ArtDependence Magazine.

IMG_4414CC2IMG_4420NB4

UNTIL 19 DECEMBER

Galerie Laurence Bernard

2, rue des Vieux-Grenadiers

CH-1205 Geneve

 

photos 2, 3 ©Audrey Teichmann

 

Inspirée par les sciences, l’astronomie, les phénomènes naturels et les vastes paysages, Caroline Corbasson libère les images de leur contexte et les objets de leur fonctionnalité pour en extraire l’essence et redessiner leurs reliefs. L’économie de moyens, la densité des images et le choix rigoureux des matériaux (charbon, poussière, encre, graphite) qui caractérisent sa production traduisent une aspiration à résister aux flux infinis des images qui nous entourent. Sa relation au temps et à l’espace est aussi libre et singulière que les médiums dans lesquels elle l’énonce. Ses dessins, sculptures, vidéos et installations apparaissent comme autant d’images porteuses d’une relecture du monde envisagée dans une perspective ontologique et poétique.

Si je m’insère dans le tube, si je me laisse tomber dans le trou alors je ne connais pas sa profondeur, parce que le trou est noir comme les ténèbres ou comme du cirage, et rien ne m’assure qu’il ait une fin, encore moins qu’il soit la voie vers une destination. [1]

Retrouvez le texte dans son intégralité ici : http://lionnelgras.com/?page_id=1169

ccosmoshttps://blogcuriositegenerale.wordpress.com/caroline-corbasson/

Par Juliette Jacob / Curiosité Générale

 

 

10 Questions by Thomas Van Loocke for Art Dependence

http://artdependence.com/issue/november-2015/article/10-questions-caroline-corbasson

 

BLANK_II_Caroline-Corbasson_4

NOISE_Caroline-Corbasson_3

_DSC7533_2

 

_DSC7511_2

Plage_Caroline-Corbasson_3

 

 

Je suis heureuse de vous annoncer ma prochaine exposition personnelle / I am pleased to announce my next solo show :

EMPTY PIXELS

3.11.15 – 19.12.15

 

Galerie Laurence Bernard

2 rue des Vieux-Grenadiers

CH-1205 GENEVE

 

INVIT30SEPTEMBRE

VERNISSAGE MERCREDI 30 SEPTEMBRE 18H

OUVERTURE AU PUBLIC DU JEUDI 1ER OCTOBRE AU DIMANCHE 25 OCTOBRE, 12H-20H

17-19, RUE VISCONTI, 75006 PARIS

 

HuffingtonPost_carolinecorbasson

http://www.huffingtonpost.fr/charlotte-montpezat/art-contemporain-au-feminin_b_8047622.html

 

CULTURE – Caroline Corbasson, Romina de Novellis, Mona Hatoum, Adeline de Monseignat, Dorothée Smith, Claire Tabouret, Anne Cindric, Latifa Echkakch, Farah Attasi, et évidemment Camille Henrot. Lion d’argent à Venise en 2013, etc… C’est bon, non? C’est super bon, même! Sans la jouer féministe à tout crin, je note que les artistes qui m’ont le plus touchées récemment sont des femmes. C’est une nouveauté et ça me réjouit. A l’heure où l’expo Mona Hatoum fait oublier celle que Beaubourg consacrait sans convaincre, il y a quatre ans, aux artistes femmes, c’est même du bonheur. Alors, zoom (partiel) sur quelques-unes d’entre elles et mention spéciale à la galerie Laure Roynette dont la programmation est sans doute celle qui fait le plus la part belle aux femmes. Et ce, sans concession.

PS: De nombreuses artistes ont désormais des comptes @instagram. Vous pourrez y suivre leur travail et y percevoir leur sources d’inspiration.

2015-08-27-1440671314-212656-corbassonecho2.jpg
Echo – Courtesy Caroline Corbasson and L’inlassable Galerie.

 

25 ans, tout juste sortie des Beaux arts après St Martin à Londres, elle tutoie les étoiles et parle à l’univers. Du dialogue qu’elle tisse entre les entrailles de la terre et le cosmos, elle tire des oeuvres qui s’adressent aux hommes et interrogent notre rapport à l’immensité, au vide et à l’infini.

Témoin Echo, ce polygone de bois et de cuivre dont la forme rappelle les satellites et semble prêt à envoyer nos messages dans l’espace. Eclipse, son globe terrestre recouvert de graphite, ou ses cartographies des étoiles dessinées avec le plus terrestre et archaïque des medium, le charbon. Pas besoin d’être grand clair pour voir qu’elle a tout d’une grande.

Caroline Corbasson, les 28, 29 et 30 août, à Artorama Marseille, vite vite, vite.

Sinon, il va falloir aller à Séoul pour voir sa prochaine exposition… Retrouvez la également sur son compte Instagram:@carolinecorbasson

 

extrait de l’article par Charlotte de Montpezat

 

Interview_CarolineCorbasson_ChristopheGalfard_madamefigaro

 

Par Dalila Kerchouche. Photos Stéphane Grangier.

 

 

카롤린 코바쏜, 시적 우주의 세계 Caroline Corbasson, Poetic Space World

캐나다에서 유년기를 보낸 카롤린 코바쏜에게 자연은 광대함과 무한한 신비의 세계이다. 자연에서 이정표를 찾듯 자연스레 지도를 접한 작가는 지도의 이성적이고 과학적인 세계 너머의 무궁한 상상력을 발견해 낸다. 그가 지도를 인식하는 과정에는 천문학, 자연과학, 문학, 철학 등 이성적이고 감성적인 세계가 상호적으로 관여한다.

« Caroline Corbasson, who’s childhood was spent in Canada, finds nature as a mysterious gigantic and omnificent world. As in looking for a signpost in the midst of nature, she has encountered maps, and discovers limitless imagination that moves beyond the map’s rational and scientific world, acknowledging that maps, rational and emotional world mutually coexist through astronomy, natural science, literature and philosophy. »

 

http://newcartographers.org

http://newcartographers.org/128-2/

 

ART-O-RAMA, Marseille
Salon international
d’art contemporain
28, 29 & 30 août 2015

 

28 août 2015

15h—21h30
Preview & vernissage (sur invitation uniquement

)
Demandes d’accréditations à contact@art-o-rama.fr

29-30 août 2015

15h—20h
Ouvert au public
Exposition ->13 septembre 2015 inclus
Tarif : 3€

La Cartonnerie
Friche la Belle de Mai
41 rue Jobin
13003 Marseille
, France

 

Pour sa participation à ART-O-RAMA, la galerie suisse Laurence Bernard propose un projet intitulé « NULLE PART » réunissant trois artistes de la scène contemporaine : Caroline Corbasson, Bertrand Plane et Koka Ramishvili.

« NULLE PART » traite de la notion de « placement » et de l’invention d’un langage exploratoire, propre à lier un sol imaginaire à un ciel imaginable. Un voyage du tellurique au céleste.

Des premières allusions profondément ancrées dans le sol déterminent un espace terrestre que circonscrit une mesure théorique du temps de vie humain. Matières brutes et formes ouvragées se côtoient dans ce système d’équilibre empruntant à des éléments déplacés leurs propriétés ontologiques. Ces essentiels, une luminescence céleste, déploient leurs horizons irradiants quoique lointains. Même une perception juste de ces territoires habitables est niée : le globe, image encyclopédique, fruit d’explorations, de la conquête de la hauteur et des « vues du ciel », devient une sphère opacifiée et réfléchissante.

Aussi en vient-on à une autre dimension, loin, précisément, de la surface de la Terre, de ses paysages, où la crainte du vide, de l’infinitude et de l’étrangeté tient souvent à l’insuffisance de nos outils de captation, à l’absence d’un système commun de mesures. Aussi, réévaluer l’approximation nécessaire et positive qu’a notre regard sur l’infini, conduit à la mise en œuvre de travaux aussi suggestifs que puissamment inspirés par l’ambition du « par-delà ». Il reste deux voyages : la contemplation ou l’érémitisme… Pourtant, « partir n’a jamais permis d’aller nulle part » (Gilles A.Tiberghien, Le principe de l’axolotl).

Branded_1Branded_2  Branded_3

11312700_1662705267291185_2047214506280208910_o

Presse_MadameFigaro_lo

 

Par Jean-Sébastien Stehli

SOLO SHOW

LES CIEUX-CAVERNES

DU 5 JUIN AU 28 JUILLET 2015

SHOW RUNS 5 JUNE – 28 JULY 2015

 

GALERIE L’INLASSABLE
13 RUE DE NEVERS
75006 PARIS

http://www.breeselittle.com/past-dark-frame-deep-field/4589314270

Works by Caroline Corbasson, Dan Holdsworth, Philippe Pleasants,

Sophy Rickett, We Colonised the Moon, NASA photographers.

 

Show runs:  Thursday 4 June – Saturday 1 August 2015

Summer Party: Thursday 23 July, 6 – 9 pm

Open: Wed – Fri | 12 – 6 pm | Sat 12 – 4 pm | Or by appointment

30b Great Sutton Street

London, EC1V 0DU

du 13 au 29 Avril 2015

PRIX SCIENCES PO POUR L’ART CONTEMPORAIN

28 rue des Saint-Pères, 75006 Paris

Avec :

Amélie Bertrand Présentée par Ingrid Jurzak

Simon Boudvin Présenté par Guitemie Maldonado

Caroline Corbasson Présentée par Pascaline Vallée

Mathieu Dufois Présenté par Caroline Arhuero

Marion Orfila Présentée par François Michaud

Chloé Quenum Présentée par Valérie Da Costa

Mathieu Roquigny Présenté par Pauline Guelaud

 

Jury :

Laurence Bertrand Dorléac Professeur, Historienne de l’Art Sciences Po

Eric de Chassey Directeur Villa Medicis

Odile Decq Architecte, urbaniste

Sophie Durrleman Directrice Déléguée Fondation LV

José-Manuel Gonçalvès Directeur Le 104

Fabrice Hergott Directeur MaM Paris

LA CONFIDENTIELLE DU YIA ART FAIR #02
DU 27 AU 29 MARS 2015
10H – 20 H
BASTILLE DESIGN CENTER

74, BOULEVARD RICHARD LENOIR – PARIS 75011

ART PARIS ART FAIR
26 – 29 MARS 2015

STAND G14 – GALERIE L’INLASSABLE

www.artparis.fr

 

Géodésie, l’impossible tracé
Avec la participation de Yoan Béliard, Caroline Corbasson, Pauline Delwaulle, Théodore Fivel, Laurent Pernot,
Jiratchaya Pripwai, Augustin Steyer, Marie Velardi, Tatiana Wolska et Brigitte Zieger.

VERNISSAGE SAMEDI 31 JANVIER

18H – 21H
Galerie Odile Ouizeman
10/12 rue des Coutures St-Gervais
75003 Paris

Exposition du 31 Janvier au 28 Mars 2015 – Interruption du 3 au 13 Mars 2015

https://www.balticmill.com/documents/_view/5489a2a97bbb88c0458b4597

Non, la nuit n’est pas si noire

Un abandon primordial parcourt les œuvres de Caroline Corbasson. Il se manifeste par un très vif intérêt pour les phénomènes inhabités, ceux qui sculptent les paysages et dépeignent des lois cosmiques. L’artiste pose ainsi son regard sur les tourbillons de poussière qui tachettent la surface des planètes, les arabesques marbrées qui fluent sur les reliefs escarpés, les lignes concentriques, reflets de volutes électromagnétiques qui, par une intrigante beauté, mêlent l’impertinence du hasard à la régularité d’un ordre presque scientifique. Les teintes employées oscillent entre les bleus nuancés des ciels éthérés et les gris charbonnés du graphite, témoignant d’un univers optique où dominent les étoiles et les voyages planétaires. En cela, le regard de fascination que l’artiste porte sur ces mondes inconnus rejoint celui des premiers hommes, eux qui surent combiner soif de connaissance et rêveries obscures.
Pour autant, ce n’est pas la science mais l’esthétique qui prédomine. L’artiste en effet déjoue la part accordée traditionnellement au calcul, à l’information et à la préméditation et, alors que la géométrie ou la rationalité font exister la beauté dans les corps et les mesures, elle s’arrête au contraire sur les circonvolutions de la matière, les effluves qui s’agitent de façon aléatoire et la spontanéité des processus plastiques. De là cet attrait pour les coulures et les projections, mais aussi pour ces tracés qui s’enveloppent et se développent, à la manière des lignes de niveau topologiques qui jalonnent les cartes géographiques.
La géométrie, toutefois, n’est pas occultée. Elle est appréhendée comme dans la série Ether pour sa poésie mystérieuse et minérale, faisant écho à des temps géologiques qui moulent et modulent les substances élémentaires. Nous comprenons que l’artiste sollicite les formes naturelles qui se convulsent, qui se condensent, qui se cristallisent, insistant dans un premier temps sur leur imparable élégance – à l’image de la surface miroitante de ces polyèdres aux éclats violacés – pour ensuite se laisser inonder par la vastitude des forces agissantes.
Dès lors, si le regard de l’artiste est plus que tout encouragé par des préoccupations esthétiques et sensibles, il témoigne surtout d’une forme de vertige, celui que la petitesse de la condition humaine initie face à la grandiloquence des échelles cosmiques. C’est ce que suggère, par exemple, la série Dust to Dust, dont le titre laisse entrevoir une dynamique où les corps insignifiants se mêlent aux corps mirobolants. La poussière et les projections de peinture ainsi exaltent la pléiade d’étoiles tapissant le ciel.
Cette solitude du genre humain apparait également dans la série photographique Signals. Au loin, une silhouette nous fait signe à l’aide d’un miroir. Devant le tumulte de ces paysages égarés, nous voilà sollicités par l’artiste, à l’exemple des phares maritimes guidant les navigateurs émoussés par la brume et l’obscurité. L’idée d’égarement constitue en effet un motif essentiel, comme nous le percevons sur les Blackout Maps noircies de poussière, ou sur les globes terrestres intégralement recouverts de graphite de la série Eclipse. Dans ces deux travaux, une insistance pour le matériau et l’objet. Le papier suranné répond au socle de bois de facture classique, les surfaces texturées se distinguent tout en absorbant la lumière. En cela, ces différentes pièces déjouent les affres du temps, leur présence en devient anhistorique, soulignant une désorientation temporelle que l’on retrouve dans les Blackout Books. Ici en l’occurrence, des livrets d’histoire de l’art aux pages jaunies par les années et dont on a remplacé les reproductions d’œuvres par des nuits constellées. Les mots, les récits et les faits de gloire qui composent les destinées humaines semblent dissolues, presque quelconques, au regard de l’amplitude spatiale et temporelle qui les surplombe.
Il faut donc insister sur une forme de désorientation ou plutôt, sur l’évanouissement de tout repère. Or si devant l’immensité, nous pouvons nous sentir perdus, ce n’est pas que nous ignorons en quel lieu nous nous trouvons, c’est bien plutôt que nous savons être nulle part.
Là sans doute repose la subtilité du travail de Caroline Corbasson, lui qui réfléchit le paradoxe d’Olbers : il n’est pas une région du ciel qui ne contienne quelques milliers ou millions d’étoiles, pourtant, la nuit nous semble noire. Pareillement, ces paysages inconnus, parfois mystérieux, n’ont rien d’inquiétants. Au contraire, ils fascinent, stimulent, invitent à la découverte ou altèrent nos modes de perception, comme ces béances qui conquièrent les sols archéologiques aussi bien que les cartes géographiques des Anomalia.     Un dialogue se murmure entre ce qui est perçu et ce qui se voile, rappelant que ces étoiles qui brillent haut dans le ciel n’en sont pas moins des plus obscures, car elles ne nous disent rien de plus que ce qu’elles furent jadis, il y a peut-être des milliards d’années. Inversement, là où gît la plus opiniâtre noirceur, nul ne peut dire la multitude de questions qu’il nous reste à poser.

Julien Verhaeghe

DALLA ROSA GALLERY LONDON

5 SEPTEMBER – 4 OCTOBER 2014

Dans le cadre de sa collaboration avec la Boiler Room Gallery d’Oslo, l’Inlassable Galerie est heureuse d’annoncer l’exposition

La Recherche

avec les travaux de François-Auguste Biard, Camille Benarab-Lopez, Caroline Corbasson, Rina Charlott Lindgren & Anaïs Ysebaert

Vernissage le jeudi 29 mai,

Boiler Room Gallery, Staffeldts gate 50166 Oslo, Norway

As part of its collaboration with the Boiler Room Gallery in Oslo, L’Inlassable Galerie is pleased to announce the exhibition

La Recherche

with works by
François-Auguste Biard, Camille Benarab-Lopez, Caroline Corbasson, Rina Charlott Lindgren & Anaïs Ysebaert
opening on Thursday, May 29
Boiler Room Gallery, Staffeldts gate 50166 Oslo, Norway

VERNISSAGE JEUDI 29 MAI 2014 – GALERIE PERCEPTION PARK
Commissaire : Julie Crenn

Tracé(s) est un projet curatorial dépliant une réflexion cartographique dans l’art contemporain. Initié à la galerie Lot10 à Bruxelles en 2013, le premier chapitre comportait une dimension politique et mémorielle avec la présentation des œuvres de Laurent Ajina, de Morgane Denzler et de Till Roeskens. La galerie Perception Park accueille le second chapitre qui vient ouvrir de nouvelles perspectives cartographiques. L’exposition repose sur le concept de projection mentale de cartes, de topographies et de territoires. Les œuvres de Caroline Corbasson, Nicolas Desplats, Vanessa Fanuele, Pascal Lièvre, Laure Tixier et Thomas Tronel Gauthier déploient différents types de géographies : intimes, psychiques, fantasmagoriques, symboliques ou physiques. Il s’agit alors d’observer comment le regardeur peut être amené à penser, à tracer et à imaginer une carte ou un paysage à travers une sélection d’œuvres ouvrant des passages et des espaces de projections. Le dehors et le dedans sont convoqués : les œuvres nous renvoient à la fois à nous-mêmes (nos souvenirs, nos références et notre imaginaire), mais aussi à ce qui nous dépasse (la nature, la dérive, l’ailleurs). Les œuvres articulent un dialogue entre ouverture et enfermement, les artistes convoquent différents types de projections.

La peinture murale de Laure Tixier, Map with a View (2013), recèle une lecture double. La forme noire nous est inconnue, elle fait d’abord appel à des champs symboliques liés à l’ésotérisme, l’astrologie ou une forme d’écriture ancienne. Elle se révèle être le plan d’une prison. L’imaginaire porte au fantasme, tandis que le réel ramène au contrôle et à l’autorité. En face, Pascal Lièvre reprend les dix figures du test de Rorschach en paillettes noires. Mis au point en 1921, le test de type projectif suppose une évaluation psychologique par l’interprétation des taches d’encre. La lecture des formes apporterait ainsi des clés de compréhension d’une personnalité. Un cheminement intime et subjectif présent dans les dessins de Vanessa Fanuele. Le trait dérive, s’entremêle et s’hybride. Il témoigne d’une recherche personnelle où l’intérieur (l’organique) et l’extérieur (le psychique) se rejoignent. Les dessins ouvrent de nouveaux territoires dont l’œuvre de Thomas Tronel Gauthier pourrait en être l’empreinte. The Last Piece of Wasteland (2011) est le moulage d’un sol naturel, sa couleur noire nous renvoie vers des espaces hostiles (volcaniques, souterrains), voire inconnus. La trace nous invite à la projection d’un paysage. Caroline Corbasson a totalement recouvert la surface d’un globe terrestre de graphite (Eclipse – 2013). Le dessin des mers et des continents est enseveli sous une couche grise métallique. S’il est visuellement absent, l’esprit ne peut s’empêcher de le retracer mentalement. Une réponse également induite par le contenu mystérieux des pots de peintures de Nicolas Desplats. Upotia suggère l’idée d’une carte liquide, qui, par un truchement de l’ordre du magique, pourrait être appliquée au mur ou au sol. Les artistes font appel à une interaction entre l’œil, l’esprit et la mémoire, activée par un processus projectif qui engendre une pluralité cartographique animée par des références cognitives et sensibles. Qu’elle soit suggérée, fragmentée, enfermée ou recouverte, la carte échappe aux normes pour libérer l’imaginaire.

Julie Crenn

They Used to Call it the Moon
Private View
Friday 25 April 2014 / 18.30-20.30

Exhibition continues until 29 June 2014

Caroline Corbasson, Katy Cole, Aaron Guy, Mishka Henner, Thomas Ireland, Hefin Jones, Kate Liston, Cristina de Middel, Aleksandra Mir, Michael Mulvihill, Liam Murray, Mehreen Murtaza, Katie Paterson, Joseph Popper, Sophy Rickett, Antonio Riello, Aura Satz and Marko Tadić.

With additional contributions from Elizabeth Price, The Literary & Philosophical Society, Newcastle, Shimabuku and The Space Merchants.

Please confirm your attendance by e-mailing rsvp@balticmill.com

 

BRUNO ALBIZZATI
CAROLINE CORBASSON

Vernissage Samedi 29 Mars 17h-22h  – Galerie Antonine Catzéflis 23 rue St-Roch 75001 Paris

L’Ecole des Beaux-Arts de Paris propose sa première BIENNALE DU DESSIN, du 19 mars au 12 avril à la galerie de la Cité internationale des arts.

Vernissage Mardi 18 Mars à 18h

du Lundi au samedi de 14h à 19h, entrée libre. 18 Rue de l’Hôtel de ville, 75004 Paris

Metro : Saint-Paul

Communiqué de Presse : http://www.beauxartsparis.com/images/telechargements/pdf/presse/biennale-dessins/CP_biennale.pdf

Avec : Bianca Argimon, Marcella Barcelo, Alex Besekian, Adrian Blouët, Mathieu Bonardet, Dobrawa Borkala, Claire Chesnier, Caroline Corbasson, Marie-Anna Delgado, Victoire Desprez, Manon Fournié, Thibault de Gialluly, Angèle Guerre, Marion Harduin, Anne Lopez, Juliette Mogenet, Damien Moulierac, Lulù Nuti, Théodore Parizet, Camille Rosa, Léo Thubin, Raphaël Tiberghien, Florian Viel.

 

A reflection on the inevitable journey of human civilization at the twilight of life on Earth. How our civilization whose millennial existence does not weighmore than a breath in the balance of cosmic immensity, will manage to perpetuate and what place will be given in five billion years to our rituals, and icons that we call masterpieces? Bianca Argimon thus draws utopian space cities, vast theater for the everyday life of men set out to conquer the stars. Through her interventions on ancient history books of art or on the pages of stellar atlas, Caroline Corbasson looks on the posterity of the constituent artifacts of human civilization while questioning the shortcomings of our scientific knowledge in perpetual renewal. Together, they suggest ways for this inexorable exodus, trying to imagine the paths that our descendants will take in a few billion years.

/

 

The 26th edition of London Art Fair takes place from 15-19 January 2014.

London Art Fair launches the art world year annually in the UK, showcasing around 120 carefully selected galleries. Museum quality Modern British work features alongside exceptional contemporary work produced by both established artists and new emerging talent.

BUSINESS DESIGN CENTRE
52 Upper Street
London N1 0QH

 

« L’oeuvre de Caroline Corbasson pourrait être comparée aux carnets exhumés des premiers astronomes, à la recherche de constellations depuis longtemps disparues, de planètes implosées, traquant l’incandescence d’un tourbillon de phosphore ou la mécanique secrète de l’anatomie humaine. Balançant du cosmique à l’infinitesimal, de la science à l’alchimie, elle dessine sans relâche la fascination qu’exercent sur les hommes les forces qui les dépassent.»

Inspiré par l’imagerie scientifique, mon travail se déploie à travers des médiums variés – dessin, sculpture, vidéo – et invite le spectateur à pénétrer dans un espace où les repères se brouillent : à la lisière entre l’imaginaire et le réel, passant de l’infime à l’infini, du visible à l’invisible. Les documents source que je prélève à la fois dans des atlas et sur internet me servent de matière première. Plutôt que de les recopier, je cherche à en extraire l’essence en les sortant de leur contexte.

Pour cette exposition de diplôme, j’ai ponctué l’espace d’oeuvres qui basculant sans cesse du micro au macro, offrent des paysages où s’opèrent des apparitions et des disparitions. Les travaux choisis instaurent une scénographie de l’absence, une phénoménologie du vide et des éléments naturels, qui si elle trouve ses origines dans les oeuvres peintes de William Turner ou Caspar David Friedrich, a également assimilé tout un pan de l’abstraction moderniste et continue d’évoluer dans l’art contemporain. Les travaux de Vija Celmins, James Turrel et Michael Heizer, par exemple, m’intéressent particulièrement pour leurs visions radicales du paysage.

*

Sur les pages de l’atlas Eclipticalis, émergent des sphères noires dessinées au charbon. Ces Anomalies1 dépassent par leur taille menaçante le système d’échelle des magnitudes stellaires. Intrusions dans une voûte celeste où l’équilibre des corps tient à une chorégraphie subtile. Comme des tumeurs, leur ombre présage une contamination imminente, une chute libre vers un ailleurs indéfini. Le détournement de ces cartes du ciel plongent, le temps d’une illusion, dans un vertige évoquant la masse manquante, cette mystérieuse matière qui échappe aux astronomes. A ces pages répondent celles du livre Blackout2, qui ont elles aussi subi un sort. Chaque repdroduction a été arrachée à sa page, son mur. Les tableaux de maître ont disparu. Leurs cadres, devenus fenêtres, cénotaphes, s’ouvrent sur des espaces vides et des nébuleuses parsemées d’étoiles. Ce travail convoque la mémoire visuelle du lecteur, qui fait surgir de ces plages monochromes des souvenirs de formes et de couleurs. Les chefs-d’oeuvres sont rassemblés sous un même ciel – les artistes défunts sont redevenus poussière dans l’immensité.

Non loin de là, deux grands dessins à échelle humaine sont présentés sur des panneaux, posés contre le mur comme des miroirs. Ils invitent à se regarder dans une matière noire qui n’est autre qu’une empreinte de poussière3. À la manière des célestographes d’August Strindberg, leur matérialité résulte d’une expérimentation, dans une tentative de figurer l’insaisissable immensité du cosmos avec des moyens précaires. Dans la continuité de ces dessins, des cartes4 routières ont subi un recouvrement monochrome total leur ôtant toute utilité. Fragilité du papier, pliures, bordure graduée, l’attention se concentre désormais sur la qualité même de ces objets, dont l’obsolescence en fait des reliques. Inspirées du Wasteland de T.S Eliot, ces cartes incitent à se perdre – à quitter les chemins connus pour privilègier un itinéraire à l’aveugle. Ces cartes pourraient nous mener à ce paysage négatif, au fond, composé de sept panneaux. Le pigment noir affleure, la surface poudreuse demeure infixable. Le regard se promène sur la corolle, en équilibre, avant de s’enfoncer dans l’abîme silencieux. Si l’on pense à la lune, c’est en s’approchant que l’on comprend qu’il s’agit d’un cavité terrestre – celle formée par une météorite il y a plus de 50 000 ans. Ce monumental vestige en creux laisse deviner la violence de l’impact, le bouleversement du paisible désert que le ciel a heurté. Inspiré par l’esthétique fragmentaire des images satellites, ce polyptyque5 dessiné au charbon décrit un paysage marqué – comme l’on marque le papier : pour laisser une trace.

Les formes complémentaires, essentielles, de la voûte et de l’abîme, sont récurrentes dans mon travail et gravitent autour de la pièce centrale, où la question du vide est aussi primordiale. Il s’agit d’une structure en acier flottant à quelques centimètres du sol, et tournant légèrement sur elle-même au gré des passages. Les formes qui se dessinent évoquent les circulations du coeur humain, tout en rappelant un instrument astronomique. La brutalité du métal contraste avec les courbes du coeur, qui prend des allures de cage. Enfin, je vous invite à descendre pour une ultime perte de repères : embarcation imminente à bord d’un navire qui vogue sur une mer étrange : ‘water, water, every where’. Une traversée vous attend, mais pour aller où ? Voici une carte vierge et une boussole sans aiguille.

 

«He had bought a large map representing the sea,
Without the least vestige of land:
And the crew were much pleased when they found it to be
A map they could all understand.
« What’s the good of Mercator’s North Poles and Equators,
Tropics, Zones, and Meridian Lines? »
So the Bellman would cry: and the crew would reply
« They are merely conventional signs!
« Other maps are such shapes, with their islands and capes!
But we’ve got our brave Captain to thank:
(So the crew would protest) « that he’s bought us the best–
A perfect and absolute blank! »»

(Lewis Carroll, The Hunting Of The Snark, 1874)

Caroline Corbasson, Juin 2013

Caroline Corbasson s’intéresse aux étoiles, aux constellations, aux planètes, à l’astrophysique, à la voie lactée, aux télescopes, aux années-lumière. Elle s’intéresse aussi aux accidents climatiques, aux tornades, à la lumière polaire, aux éclipses… Elle forge également des objets étranges, comme ce grand cœur un peu inquiétant qui ressemble à une sphère armillaire, servant à mesurer sans doute quelque mouvement sentimental, ou bien à enfermer quelqu’un, comme dans une cage, et lui faire subir un châtiment remarquable. Elle protesta après que je me risquasse à le formuler ; c’est pourtant ce que je persiste encore à voir dans cette machine qui pourrait, j’en suis convaincu, autant servir à comprimer des corps très immédiats qu’à produire des unités métriques ou calculer le mouvement des corps célestes. Mais c’est d’un autre instrument dont je voudrais parler, qui tient cette fois du livre, de l’atlas, et de la carte.

*

Le texte est bien celui d’une histoire de l’art, comme il en existe, où chaque époque est constituée des artistes les plus marquants, représentés par une œuvre, forcément essentielle. Il doit s’agir d’un livre publié juste après la Seconde Guerre Mondiale, un très beau cartonnage, avec une typographie élégante, et où le texte vient entourer les reproductions d’œuvres, qui s’imposent au regard dans des cadres bordés par des liserés. Sous chacun de ces cadres, une légende – le nom de l’artiste, le titre de l’œuvre – vient faire écho au texte lui-même, conçu comme une longue suite de noms qui, en s’agrégeant, forment donc l’histoire de l’art. Il existe de telles histoires de l’art en grand nombre, mais celle-ci à quelque chose de particulier. Je ne veux même pas parler ici de cette luxueuse édition elle-même, que j’ai pu trouver moi-même à plusieurs reprises chez des bouquinistes. C’est de l’objet qu’elle a fabriqué, partant des planches de ce livre : une sorte d’histoire du ciel des artistes ; une carte permettant de naviguer dans l’histoire de l’art. Chaque vignette a été arrachée au point de colle qui la faisait tenir sur la page. Et dans chaque cadre figure maintenant une portion de nuit. Des nuits plus ou moins sombres, plus ou moins éclairées d’un tamis d’étoiles : à chaque page, à chaque nouvelle « reproduction », l’on s’interroge alors sur l’impossible correspondance entre le style d’un artiste, ce qui remonte immédiatement à la conscience à la simple évocation d’un nom, et la poussière de points lumineux disséminés sur un fond noir. La nuit dans laquelle sont plongés Mantegna et Michel-Ange semble être la même et si le noir de celle qui sert à définir les œuvres du second est plus intense, cela tient peut-être à la noirceur supposée de son caractère, de son âme.

Il suffit, du reste, de lire quelques pages de Vasari pour comprendre, d’emblée, en quoi la vie des artistes, celle de Michel-Ange très directement, est une histoire d’astres, de nuit, etc. « L’an 1474 donc, naquit sous une heureuse étoile, dans le Casentin, un fils qu’une épouse noble et vertueuse donna à Lodovico di Lionardo Buonarroti Simoni, que l’on prétend être un descendant de la noble et si antique famille des comtes de Canossa. […]. Ce fils lui naquit le 6 mars, qui était un dimanche, vers les huit heures de la nuit, et il le nomma Michel-Ange, parce que, n’y pensant pas autrement, mais par une inspiration d’en haut, il le regarda plutôt comme une créature céleste supérieure à la vie humaine, et, comme on le vit ensuite par son horoscope (Mercure et Vénus s’étant présentés avec un aspect bénin dans la deuxième maison de Jupiter), il montrait que cet enfant devait produire des œuvres admirables et étonnantes, grâce à sa main et à son génie. »  Le ciel avait parlé : la position des planètes donnait déjà une idée claire de la destinée exceptionnelle de cet enfant à qui il convenait de donner un prénom digne de tous ces présages. Heureuse étoile dans ce cas, mais est-ce alors le cas pour les autres artistes ? N’y a-t-il pas de mauvais ciels, avec des étoiles malheureuses ? Piero di Cosimo, par exemple, ou Paolo Uccello, dont on connaît les dispositions à l’excentricité pour le premier ou à la spéculation la plus envahissante pour le second ? Mais il faudrait alors savoir lire ces beaux ciels pour repérer quelque conjonction funeste. Tous les artistes n’ont pas eu cette chance  de voir Mercure et Vénus se présenter avec un aspect bénin dans la deuxième maison de Jupiter…

**

Ainsi la physionomie de ces nuits semble parfois faire sens, pour peu que l’on puisse percevoir quelque particularité : pourquoi La Belle Zélie a-t-elle ce grand point lumineux, cette planète qui brille intensément, plus que celles qui sont parsemées chez Corot, à côté, si ce n’est pour attirer le regard, comme le ferait un grand grain de beauté sur un cou ? La nuit claire du Saint-François recevant les stigmates, de Giotto, prend la forme d’une image percée en une multitude de points. Quant à la nuit noire du Retable d’Issenheim, on se prend à imaginer qu’il s’agit du paysage même de Grünewald – ce paysage mort comme a pu l’écrire un historien de l’art -, ici déserté par les personnages de la Passion, laissant le dévot dans le rien, l’absence de scène. Il y a d’ailleurs dans ces « illustrations » quelque chose qui ressemble à un tombeau, comme si chacune de ces images noires était le cénotaphe de l’artiste. Un morceau du néant dans lequel ils sont plongés.

On pourrait aussi bien imaginer que chacune de ces nuits étoilées qui vient définir un artiste ne fait que confirmer, rendre visible, une poétique ancienne, laquelle voudrait que l’histoire de l’art prenne l’apparence d’une vaste scène nocturne ou bien d’une voûte céleste. Dans sa traque des artistes presque effacés du XVe siècle, pour lesquels il fallait inventer des noms de commodité, et dont les œuvres étaient dispersées, Charles Sterling ne se définissait-il pas comme un « chasseur dans la nuit » ? Ne cherche-t-on pas, à la suite de Roberto Longhi et de quelques autres, à reconstituer des « constellations » d’œuvres ? L’idée même de Panthéon artistique a quelque chose à voir avec celle de cosmos. La grande réunion des plus grands artistes de toutes les époques, peinte par Paul Delaroche dans l’amphithéâtre de l’École des Beaux-Arts, ressemble à une sorte de voûte céleste, ou chaque artiste vient figurer une planète tournant autour de quelques soleils, comme Raphaël ou Michel-Ange. Mais ce sont là sans doute des astres morts pour les artistes d’aujourd’hui comme pour ceux du XXe siècle, qui s’intéressent désormais à d’autres portions du ciel.

***

Ces nuits étoilées ont quelque chose à voir avec l’oubli, m’explique Caroline Corbasson. « J’ai un problème de mémoire avec tous ces artistes ». Ce trouble dans l’histoire de l’art est un trouble de la mémoire. Elle n’est pas la première à oublier certains noms d’artistes et à ne pouvoir les faire remonter à la conscience. J’ai moi-même tendance à commettre de pareils oublis, de noms, de dates, à chercher indéfiniment un patronyme  pourtant évident, et que je peine à retrouver. Freud, on le sait, ne parvenait pas à se souvenir du nom de Signorelli, l’auteur du Jugement dernier d’Orvieto – avec cette scène grandiose où les âmes sortent de terre – auquel il substituait ceux de Botticelli et de Boltraffio. Il s’en explique dans une lettre à Wilhelm Fliess puis dans Psychopathologie de la vie quotidienne : l’oubli, en réalité, était un refoulement, lié à un incident survenu en Bosnie, une conversation singulière avec un avocat berlinois qui avait fourni  le souvenir sous-jacent et refoulant. Voudrait-on imaginer les conversations qui sont à l’origine des innombrables oublis qui constituent l’histoire de l’art de Caroline Corbasson, qu’elle les tairait sans doute. Il en ressort, chez Caroline Corbasson, une histoire de l’art qui a une tonalité poétique particulière, proche du fantastique : un atlas d’oublis ; une longue suite de noms correspondant à des conversations dont elle ne nous révélera rien.

François-René Martin
Lyon, juin 2013

Caroline Corbasson is fascinated by stars, constellations, planets, astrophysics, the Milky Way, with telescopes and by lightyears. She is equally fascinated by climatic hazards, tornadoes, the northern lights, and eclipses… She forges various objects of curiosity, such as her imposing and rather disconcerting metal heart that could almost be an armillary sphere serving to measure some sentimental disturbance, or a cage that would lock someone away to later undergo some extraordinary cruciation. She protested that I had gone too far in my formulation; it is however, what i continue to see in her contraption, that could serve as much to compress the human body as to calculate the movements of the celestial bodies. But it is of another instrument that I now wish to speak, one in the order of the printed page, the book, the atlas and the map.

The text is that of the history of art as we know it, in which each period is constituted of the most significant artists, each represented by an emblematic work that is necessarily essential. There is a magnificently bound book that must have been published just after the second world war with elegant typeface in which the text winds about reproductions of imposing works that catch the eye from behind elaborately bordered frames. Underneath each of these frames, a subscript – the name of the artist and the title of the work – echos of the text itself, conceived as a long series of names that by joining one to next form the history of art. There are numerous examples of such publications of art history, but this one has something particular about it. I wont mention here the luxurious edition that I have encountered myself on several occasions in bookshops. It is the object that she made from the pages of this book: a sort of history of the ether of artists; a map allowing one to navigate through the history of art. Each vignette was carefully removed from where it was glued to the page. In each frame now figures a piece of the night sky. Some nights are darker than others, some are illuminated by a blanket of stars: on each page is a different ‘reproduction’, and one wonders about the impossible correlation between the style of each one artist, brought to mind simply by the mentioning a name, and the dust of luminous points scattered over the dark background. The star studded vault of Michael Angelo and Mantegna seem to be one in the same, and if the darkness of one page seems to be more profound than that of another, it may be explained by the character of the artist himself.

One only deeds to read a few pages of Vasari to observe that the stars and the sky would seem to have always constituted basic elements of the lives of artists; let us take Michaelangelo as an example, »There was born a son, then, in the Casentino, in the year 1474, under a fateful and happy star, from an excellent and noble mother, to Lodovico di Leonardo Buonarroti Simoni, a descendant, so it is said, of the most noble and most ancient family of the Counts of Canossa. […] a son was born on the 6th of March, a Sunday, about the eighth hour of the night, to which son he gave the name Michelagnolo, because, inspired by some influence from above, and giving it no more thought, he wished to suggest that he was something celestial and divine beyond the use of mortals, as was afterwards seen from the figures of his horoscope, he having had Mercury and Venus in the second house of Jupiter, with happy augury, which showed that from the art of his brain and of his hand there would be seen to issue forth works marvelous and stupendous. »

The stars had spoken : the position of the planets had already indicated a clear idea of the exceptional destiny of that child who’s name proved true to his inherent talents. A fateful and happy star in his case, but was it the same for all of the others? Were there darker skies and unlucky stars? Piero di Cosimo, for example who’s eccentric disposition was infamous, or Paolo Uccello, known to have suffered the most invasive speculation? One would have to be well versed in reading the stars in order to counteract any unfortunate conjunction. Not all artists were fortunate enough to have Venus and Mercury present themselves mercifully in the second house of Jupiter…

Thus the appearance of these night skies seems logical on occasion, unless we perceive some sort of peculiarity : why does the Big Dipper have one particularly bright star, that planet that shines so intensely, much more than those spread out beneath it, if it is not to attract the eye, as would a large mole on someone’s neck? The clear night in the Stigmatization of Saint Francis by Giotto, is pierced by a multitude of luminous points. As for the black night on the Isenheim Alterpiece, one could imagine it being the landscapes of Grünewald – dead landscapes as could write an art historian – abandoned in this particular example by the character of the Passion, leaving the believer with nothing, without a backdrop. There is something more in these « illustrations » that is similar to a tomb, as if each one of these black images were the cenotaph of the artist. A piece of nothingness into which they disappear.

One could just as soon imagine that each of these starry nights confirms, or makes visible an ancient poetic quality, that would have art history take the form of an immense nocturnal scene or of a celestial vault. In his dread of the fate of the all but forgotten artists of the 15th century, for whom a name was invented for conveniency, and who’s life’s works were lost, did not Charles Sterling define himself as a « hunter in the night »? Do we not look to construct « constellations » of works as did Roberto Longhi among others? The very idea of an artistic Pantheon hints at the cosmos. An assembly of the greatest artists of all time, painted by Paul Delaroche in the lecture hall of l’École des Beaux-Arts, brings together a sort of etherial universe, where each artist represents a planet orbiting around a few bright suns, such as Raphael or Michelangelo. But these are probably dead stars for contemporary artist as they were already for artists of the 20th century, who gazed at other parts of the sky.

These starry nights have something to do with forgetfulness, explains Caroline Corbasson. « I have problems remembering all of these artists ». This lapse in art history is a lapse in memory. Caroline is not the first to have forgotten certain artists’ names and to be unable to bring them back from the depths of her memory. I myself often have similar bouts of forgetfulness, of names, of dates, looking desperately for an obvious patronym impossible to bring back to mind. Freud, as we know,couldn’t remember the name of Signorelli, the author of the last Judgement of Orvieto – with the incredible scene with ghosts rising from the earth – in which he confused Botticelli with Boltraffio. He explains in a letter addressed to Wilhelm Fliess and in The Psychopathology of Daily Life: forgetfulness in reality was a discharge, related to an incident in Bosnia, a strange conversation with a lawyer from Berlin who brought back a distant repressed memory. Just imagine the conversations that constitute the omissions that have written the history of art in the mind of Caroline Corbrasson, that she would probably prefer to ignore. What is instigated, in the work of Caroline Corbasson, is a poetic history of art, bordering on fantasy: an atlas of forgetfulness, an enigmatic series of names from conversations to which only she possesses the key.

 

François-René Martin, Lyon, June 2013

(Translated from french by Heather Seavey.)

Caroline Corbasson’s innate and personal understanding of nature and its wonders is beautifully conveyed in her striking and technically brilliant drawings and sculptures that visually unite scientific investigation and artistic imagination. Informed by a curiosity to explore and unravel natural phenomena on earth and in space, Caroline at once recognizes the imaginative vision behind scientific modeling and captures the lyrical mysteries of nature’s meravigle through colour and line. A fluctuating duality of contrasts – the particular and the abstract, the spontaneous and the studied, the inspirational and the empirical – typify her work and working methods. In her Serie Bleue and Serie Rouge one apprehends visions of synapses that could be nebulae, thumbprints that could be galaxies. Through her experimental handling of inks in Galileo (2011), one finds moons viewed almost as if they were cells under a microscope. Most recently, in her Dust to Dust series (2013), she has perfected an alchemical method whereby settled dust becomes transfigured into stars. Throughout, Caroline has been developing ways to deliberately confuse the micro- and the macrocosmic, opening up a space wherein the artistic potential of the scientific can be realized. Indeed, astrologers and scientists themselves have expressed an enthusiasm in her art and warmly invited her to the Paris Observatory. Caroline Corbasson is fast proving her position as one of the most promising emerging talents in the art world. As her work continues to evolve and grow from strength to strength she has attracted the attention of numerous international collectors and dealers. She has participated in various group exhibitions in Paris, New York and London. And, following her first solo exhibition Constellation April 2012 at the Galerie Antonine Catzeflis only a handful of drawings remained unsold. In June 2013 she graduated from the prestigious Ecole Nationale Superieure des Beaux Arts de Paris and was awarded Honours by the judges and consequently invited to participate in an exhibition which will be organised by the director, Nicolas Bourriaud, in 2014.

Lavinia Harrington M.A. Courtauld Institue of Art

 

Caroline Corbasson a 22 ans. Etudiante à l’Ecole Nationale des Beaux-Arts de Paris, elle a grandi au Canada et aux Etats-Unis. De cette enfance, elle se souvient de la proximité avec la nature, qu’elle observe attentivement et garde en mémoire l’émotion du ciel violet qu’offrent les passages des tornades au Texas. Ce voisinage avec les phénomènes physiques naturels la sensibilise profondément à ce que la nature a de prodigieux. Cette aptitude à l’émerveillement devient sa force de travail ; l’observation de la nature et ce qu’elle produit, ses sources d’inspiration.

Pour cette exposition intitulée « Constellation », la jeune artiste a produit plusieurs dizaines de dessins repartis dans l’espace, aux formes abstraites, qui s’inspirent de phénomènes naturels à une échelle microscopique ou cosmologique. On y devine un engouement pour l’observation de ce qui n’est d’ordinaire pas donné à la vue, et qu’elle découvre par le biais de l’imagerie scientifique.

Les titres de ses séries de dessin reflètent ces procédés : sont représentées l’astronomie (les séries Planètes et Galileo), la microbiologie (Synapses), la météorologie (Storm, Cyclones), la physique (Courants, Haute Tension). Depuis ses premiers travaux, l’infiniment petit côtoie l’infiniment grand.

Ses dessins sont exécutés dans une grande variété de techniques (encre, pigments, graphite, pastels, charbon, crayon) et le support, le papier, est lui même parfois mis à rude épreuve. Il peut-être brulé, scarifié à l’aide d’une pointe, fragilisé au point de se percer. Ce travail sur la surface même du dessin apporte une sensation tactile et tend à effacer les trop froides connotations scientifiques. Souvent, un jeu d’ombre et de lumière permet de rendre magnifiquement les volumes, malgré la simplicité apparente de la composition. Pour la plupart ce sont des monochromes dont la palette est réduite aux seuls bleu, rouge et noir ce qui contribue à donner à ces dessins leur force d’image abstraite.

Cette constellation de dessins est un voyage imaginaire composé par une jeune artiste avide de paysages inédits et qui ne cherche pas à coller à une vérité scientifique. « La science est l’asymptote de la vérité. Elle approche sans cesse et ne touche jamais », écrivait Victor Hugo dans son William Shakespeare. Caroline cherche ce qu’il y a de définitif dans l’art, et non pas le relatif qui habite les sciences. Qu’importe Ptolémée, qu’importe Copernic.

Caroline Corbasson interprète donc son héritage scientifique à sa manière en allant à l’essentiel, en éliminant le détail et l’anecdote. Elle privilégie les contrastes, amplifiés par des plages immenses de noir, de rouge ou de bleu. Elle fait plonger le réel de ses sujets dans un irréel sobre et tranchant. Tout reste cependant parfaitement vivant et doux à contempler.

Une alchimie se crée entre tous ses dessins. Des liens s’opèrent, à l’image de ses dessins de synapses, d’étincelles, de tensions électriques dans lesquels tout n’est que connexion ou ramification. On pense parfois aux toiles du peintre Irlandais Mark Francis chez qui existe aussi une connexion entre abstraction et image microscopique, fonctionnant en métaphore mutuelle. Le changement d’échelle, l’éclatement d’un phénomène microscopique aux dimensions humaines d’un dessin produit des révolutions. Même opération pour ces planètes, qui, réduite au format d’une feuille de papier ou dessinées à même le mur, en noir et rouge (« plus rouge que la flamme ») vivent une vie nouvelle.

Dans cette équation artistique réussie, Caroline parvient à donner une nature commune, une seule force aux théories scientifiques pourtant contradictoires de l’infiniment grand et de l’infiniment petit.

Marc Bervillé, Avril 2012.